Quel recours après un litige auprès d’un garagiste ?

En cas de litige avec un garagiste, il faut bien analyser les faits. En effet, cela a une grande importance.

Lorsque le garage accepte votre véhicule, il se déclare implicitement capable de le réparer (sinon il ne le prendrait pas).

En cas de rupture du contrat de la part du garagiste, vous seriez en principe en droit de demander des dommages et intérêts pour le préjudice subit dû à l’absence de votre véhicule, aux frais occasionnés alors que votre voiture ne roule plus etc...

Ces solutions sont en cas de recours à la justice. Vous pouvez tout à fait essayer de trouver une solution avec le garagiste.

Il peut arriver que le garagiste se retrouve face à un défaut qu'il ne pouvait pas voir et qui, lors de la réparation, apparaît. Ce vice caché permet au garagiste de se déclarer incompétent dans ce cas, et de pouvoir se décharger de sa responsabilité. Cependant, la plupart des garagistes vous aideront à trouver une solution dans ce cas.

Dans le cas où le garagiste est en faute, et qu'il ne veut rien savoir, il est conseillé de prendre un avocat pour amorcer une démarche telle qu'une injonction ou une poursuite. En cas de poursuite, c’est au commerçant de prouver pour sa défense.

Sachez néanmoins, que pour éviter ces contraintes, la mise par écrit du contrat : l’ordre de réparation vous permettra de vous éviter des frais d’avocats. En effet, la parole est toujours discutable.